KANT No.7

KANT No.7
 
 

From Sciences Humaine

 
Le projet de Critique de la raison pure
 
Le projet de la Critique de la raison pure est exposé en préface. Tout part d’une question simple : pourquoi la science progresse-t-elle et pas la philosophie ? Comment se fait-il que l’on parvienne en science à des conclusions unanimes et indiscutables (comme le sont à l’époque les lois newtoniennes) alors que la philosophie est un « champ de bataille », où derrière l’apparence de démonstrations rigoureuses se cachent des opinions diverses ?
 
Ces questions poussent à s’interroger sur les modes de connaissance respectifs de la science et de la philosophie, que Kant nomme « métaphysique ». Une première distinction entre science et métaphysique pourrait être que l’une étudie des objets concrets (les astres, le corps humain) alors que l’autre porte sur des notions qui échappent à l’expérience : Dieu, l’âme.
 
C’est effectivement un premier point de différence. Mais si Kant prend en compte l’empirisme – la lecture de David Hume l’a sorti de son « sommeil dogmatique » –, il ne se rallie pas pour autant à cette doctrine qui fait de l’expérience le fondement de la connaissance. Car Kant sait qu’il existe dans la science et dans toute connaissance une part qui échappe à l’expérience, ce que Kant l’appelle les jugements « a priori ». Quand je tiens une pierre dans la main, je l’observe sous toutes les coutures : son poids, sa forme, ses couleurs sont des connaissances empiriques, dérivées des sens.
 
Mais si la connaissance ne venait que des sens, en manipulant la pierre sous différents angles, je ne percevrais pas une pierre mais des images successives sans ordre. C’est mon esprit qui unifie ces images en un objet. La fusion du multiple en un objet « un » relève pour Kant du jugement a priori, qui dépend de mon esprit et non de l’expérience.
 
Le but essentiel de Critique de la raison pure consiste à dégager ce qui, dans l’esprit humain, relève de l’a priori. Kant va s’employer à dévoiler ce que sont les idées « transcendantales » c’est-à-dire qui échappent à l’expérience. Il en va ainsi de l’espace et du temps (encadré ci-dessous), de même que pour d’autres catégories : l’unité, la multiplicité, le tout…
 
Si la connaissance est en partie expérimentale, mais réassemblée dans des cadres a priori, cela signifie que notre accès à la réalité n’est pas direct. Nos connaissances ne dévoilent pas le monde tel qu’il est, mais tel que les cadres mentaux permettent de le voir. Dans le langage de Kant, nous ne pouvons avoir accès qu’aux « phénomènes » et non aux « choses en soi » (« noumènes »).
 
Si la science se distingue de la métaphysique, c’est en raison du fait qu’elle étudie des phénomènes extérieurs mais peut universaliser ces observations et expériences au moyen de l’outil mathématique (qui relève de jugements a priori). Kant a en tête la physique de Galilée et de Newton, qui a découvert le mouvement des astres en appliquant les mathématiques aux lois de la nature.
 
Les limites de la raison
 
En revanche, la métaphysique, elle, emploie les mêmes outils de la raison (démonstration) mais sur des objets qui ne sont pas accessibles par l’expérience : Dieu, l’âme, le cosmos.
 
Les démonstrations de l’existence de Dieu sont toutes défaillantes, car elles ne font qu’appliquer la raison à des chimères. Kant ne dit pas que Dieu n’existe pas, mais qu’il n’est pas connaissable. Il en va de même pour l’âme ou d’autres notions qui sortent du cadre de l’expérience. L’argumentation de Critique de la raison pure revient donc à condamner toute métaphysique dite « dogmatique ». Cela conduit à définir les bornes de la raison. Notre connaissance du monde est toujours filtrée par la connaissance de ce qu’il est pour nous, c’est-à-dire à travers les cadres mentaux (les catégories ou les schèmes) que nous déployons pour saisir le monde. Les choses telles qu’elles sont « en soi » nous sont à jamais inaccessibles. Est-ce à dire que la raison doit se contenter de s’exercer dans le domaine de la seule science ?
 
Une fois que Kant pense avoir mis au jour les mirages de la métaphysique, il reste alors à connaître l’usage légitime de la raison. Pour Kant, sa destination véritable est dans l’action pratique. Tel est le point de départ de Critique de la raison pratique, ouvrage dans lequel il pose les bases d’une philosophie morale fondée sur des critères rationnels et une démonstration. Selon lui, la morale ne peut pas seulement être une série de préceptes sur lesquels régler son action. Elle doit être intérieure et rationnelle : la morale authentique est celle d’un sujet autonome qui fait des choix personnels et universalisables. Tel est le principe de l’impératif catégorique.
 
La première question de la philosophie kantienne était : « Que puis-je connaître ? » Elle correspondait au champ de la connaissance et au thème de Critique de la raison pure. Elle visait à établir les conditions de la connaissance et les limites de la raison.
 
La deuxième grande question de la philosophie – « Que dois-je faire ? » – ramène justement à la question de l’action et de la morale. C’est l’objet de Critique de la raison pratique mais également de Métaphysique des mœurs (1785).
 
La troisième grande question – « Que m’est-il permis d’espérer ? » – pose le problème du salut et donc de la foi. Sur ce thème délicat, Kant publia, en 1793, La Religion dans les limites de la simple raison, mais l’ouvrage fut censuré par le roi de Prusse Frédéric-Guillaume II. Kant lui ayant fait la promesse de plus traiter de religion dans ses écrits, il considéra ce serment rompu le jour de la mort du souverain.
 
Par la suite, Kant rajoutera une quatrième question – « Qu’est-ce que l’homme ? » – en précisant qu’elle intègre les trois précédentes, et ouvre un nouveau champ de connaissances : « l’anthropologie ». C’était appeler à la naissance des sciences humaines qui commençaient alors tout juste à germer.
広告を非表示にする