Deleuze, "Foucault"

  • <Je n'ai jamais rien écrit que des fictions...>. Mais jamais fiction n'a produit tant de vérité et de réalité. Comment pourrait-on raconter la grande fiction de Foucault ? Le monde est fait de surfaces superposées, archives ou strates, Aussi le monde est-il savoir. Mais strates sont traversés d'une fissure centrale, qui répartit d'un côté les tableaux visuels, de l'autre côté les courbes sonores; l'énonçable et le visible sur chaque strate, les deux formes irréductibles du sa...voir, Lumière et Langage, deux vastes milieux d'extériorité où se déposent respectivement les visibilités et les énoncés. Nous nous enfonçons de strate en strate, de bandelette en bandelette, nous traversons les surfaces, les tableaux et les courbes, nous suivons la fissure, pour essayer d'atteindre à un intérieur du monde; comme dit Melville, nous cherchons une chambre centrale, avec la peur qu'il n'y ait personne, et que l'âme de l'homme ne révèle un vide immense et terrifiant (qui songerait à cherche la vie dans les archives?). Mais en même temps nous essayons de monter au-dessus des strates, pour atteindre à un dehors, à un élément atmosphérique, à une < substance non stratifiée> qui serait capable d'expliquer comment les deux formes du savoir peuvent s'étreindre et s'entrelacer sur chaque strate, d'un bord à l'autre de la fissure. Sinon comment les deux moitiés de l'archive pourraient-elles communiquer, et des énoncés venir sous les tableau, et des tableau illustrer les énoncés ?
    - Deleuze, "Foucault"

  • 自動代替テキストはありません。
  • 舞台みたいだね、この場合、包摂概念を脱構築するために、垂直方向で考えるかわりに、水平方向でかんがえるようになったという痕跡を示す必要があるよ、行列の回転をあらわすスクリーンとか何でもいいのだけれど...
広告を非表示にする